Tech

Immobilier : les nouvelles technologies qui bousculent le secteur

0
nouvelles technologies immobilier

Selon une étude récente d’Opinion Way, plus d’un tiers des Français estime qu’une transaction immobilière peut être effectuée 100 % en ligne et sans intervention d’un tiers humain et ce sont aujourd’hui près de 90 % des transactions immobilières qui débutent sur internet.

Que ce soit pour visiter un bien, pour une acquisition ou une vente, pour améliorer leur confort et facilité de vie quotidienne ou encore pour financer un projet, les Français font aujourd’hui de plus en plus confiance au web en ce qui concerne l’immobilier.

Et ils ne rencontrent généralement pas beaucoup de difficultés étant donné que l’innovation digitale se met désormais au service de l’immobilier et que les professionnels s’adaptent en se positionnant sur internet. Tour d’horizon des technologies qui bousculent le secteur.

Les agences immobilières

internet et les nouvelles technologies ont complètement bousculé le secteur immobilier et l’ont forcé à s’adapter et à modifier son mode de fonctionnement pour faire face à la concurrence féroce des agences en ligne ou des sites d’annonces immobilières entre particuliers.

Ainsi, pour continuer à satisfaire leur clientèle et pour trouver de nouveaux clients, les grandes comme les petites agences disposent de solutions de gestion 100 % numériques telles que Show You, de sites internet compétitifs et d’applications performantes.

Les agences immobilières doivent innover dans de nombreux domaines pour rester dans la course et ne pas se laisser manger par les nouveaux acteurs et c’est pourquoi les visites virtuelles se multiplient.

En effet, la visite virtuelle sert à attirer aussi bien les acheteurs que les vendeurs et permet à l’agence de se différencier en se donnant une image plus originale, actuelle et solide.

L’aspect ludique et pratique de la visite virtuelle depuis un smartphone, une tablette ou via un casque de réalité virtuelle pour ceux qui en sont équipés va totalement transformer une étape obligatoire de la transaction qui est souvent qualifiée par les vendeurs comme par les acheteurs de contraignante et peu amusante.

Le digital dans l’immobilier neuf

Pour répondre aux demandes et aux nouveaux besoins des acheteurs, les promoteurs immobiliers se voient dans l’obligation de proposer des biens qui offrent des services digitalisés.

Que ce soit pour améliorer le quotidien, pour faciliter la bonne entente des copropriétaires ou dans un souci écologique ou économique, les promoteurs se doivent d’imaginer et de mettre au point toujours plus de solutions connectées et des services numériques.

Par exemple, la création d’une application pour l’ensemble des habitants d’un immeuble ou d’une résidence permet de mettre en valeur l’aspect social en facilitant la communication entre les membres des copropriétés, en rendant le syndicat plus disponible et joignable ou en permettant l’envoi de petites notifications sur l’actualité et la vie quotidienne de la résidence.

Dans un souci économique, un autre type d’application peut être proposé aux résidents et propre cette fois-ci à chaque habitation.

Celle-ci pourrait permettre un contrôle des factures d’électricité, d’eau, etc., et une notification d’alerte pourrait être envoyée en cas de dépassement de la consommation.

De plus, elle donnerait la possibilité de piloter le logement à distance et via son smartphone : activer le chauffage, éteindre la lumière ou le wifi, avoir accès aux caméras de sécurité, etc.

Le crowdfunding immobilier : nouvelle méthode de financement

Depuis quelques années déjà, de nombreux sites de crowdfunding immobilier, aussi appelé financement participatif, apparaissent en France et ce mode d’investissement est devenu le plus apprécié des Français.

Cette méthode d’investissement est née aux États-Unis en 2010 et connaît un franc succès.

Le principe est simple : les plateformes en ligne permettent à des investisseurs particuliers d’accéder à des opérations immobilières d’appartement, d’immeuble ou de commerce et de participer à leur financement en souscrivant un contrat avec le porteur de projet et, par la suite, d’être remboursés de l’investissement et de toucher des bénéfices ou des revenus locatifs selon le type de bien.

Généralement, les taux de rendements pratiqués par les plateformes sont intéressants (9,7% en moyenne), les durées des contrats sont courtes (entre 1 et 2 ans) et l’investissement minimum varie selon les sites, mais sont fixées en moyenne entre 1000 et 2000 euros, ce qui représente de gros avantages et peu de risques pour l’investisseur particulier.

Évidemment, il est tout de même recommandé de prendre quelques précautions avant d’investir dans un mauvais projet ou sur un mauvais site de financement participatif.

Par exemple, le statut de la plateforme choisie est un critère important qui permet de s’assurer du sérieux du site et il est nécessaire de se renseigner sur l’historique de levées de fonds de la plateforme qui prend en compte les projets qui ont étés remboursés, annulés ou encore retardés.

De plus, il est préférable de rechercher les éléments comptables et financiers du promoteur immobilier en question des années précédentes ainsi que les avis disponibles sur les programmes immobiliers déjà réalisés.

Smartphones reconditionnés : bons plans et astuces

Previous article

Marketing Offline vs Marketing online : quelle stratégie choisir pour son entreprise ?

Next article

You may also like

Comments

Comments are closed.

More in Tech